Un Spitfire Mk XIV volera bientôt en France

Le Spitfire XIV RM927 en restauration à Sywell chez Richard Grace ( Photo © Richard Grace/Air Leasing Ltd via W Air Collection pour LEB )

La rumeur était persistante depuis quelques mois mais c’est le magazine anglais Aeroplane du mois d’avril 2022 qui a annoncé la nouvelle : un Spitfire Mk XIV volera bientôt en France et sera basé à la Ferté-Alais et mis en oeuvre par W Air Collection.

Cette nouvelle a de quoi réjouir les passionnés français car avec la récente vente du  Hawker Sea Fury de Christophe Jacquard et le départ du North American P-51D Mustang de France Flying Warbirds l’année dernière, l’avenir ne semblait pas des plus prometteurs pour le petit monde des warbirds volants en France.

Le Spitfire XIV RM927 codé 3R-D avec la Force Aérienne Belge ( Photo © Jacques Schelfaut / Peter Arnold Collection pour LEB )

Construit en novembre 1944 avec le numéro constructeur 6S-381758, le Spitfire FR Mk XIVe RM927 a été livré à la Royal Air Force en janvier 1945 et affecté au No 430 Squadron canadien basé à Eindhoven en Hollande où il vola avec le codes G9-X.  Engagé au sein de la Second Tactical Air Force, le RM927 est un des rares Spitfire à moteur Griffon a avoir été engagé sur le front européen dans des missions de combat et de reconnaissance. Le 9 mars 1945, alors qu’il était piloté par le Flight Lieutenant Stevens, le RM927 fut endommagé par la Flak juste derrière le cockpit, ce qui entraîna son retrait du front.

Stocké, il est est vendu et livré en vol à Bruxelles-Evere le 13 novembre 1947 avant d’être versé à l’Ecole de Chasse de Koksijde pour la formation des jeunes pilotes au combat. Affecté au 351 Squadron du 161 Wing de Florennes en novembre 1947, l’unité devint la 1ére Escadrille par la suite et le 161 Wing fut renuméroté 2e Wing. L’avion y reçu le code « 3R » identifiant cette 1ére Escadrille et la individuelle « D » comme le montre l’illustration, celle-ci fut par la suite changée en « A ». L’insigne de l’escadrille est le « Chardon ». Il fut repeint quelque temps plus tard en gris métal avec les codes IQ-W. Accidenté en 1952, le RM927 fut arrêté de vol et stocké avant d’être finalement réformé en 1954.

Le Spitfire XIV RM927 alors qu’il était en service avec la Force Aérienne Belge ( Illustration Gaëtan Marie )

Vendu en 1957 à Oscar Dewachter & Zoon, un ferrailleur d’Ostende, le RM927 fut exposé aux côtés du Spitfire Mk XIV NH904 (qui existe encore à ce jour) et laissé exposé aux éléments.

Le Spitfire Mk XIV RM927 en Belgique lorsqu’il était exposé aux éléments ( Photo © Andre Vlieghe via Daniel Brackx pour LEB )

Il est vendu en 1967 à Dennis Kay et sa société Manchester Tankers Ltd. Transporté par la route au Royaume-Uni, le RM927 changea encore de propriétaires deux fois avant d’être finalement acquis en 1969 par les américains John Lowe & Larry Matt de Riverside dans l’Ilinois. Exposé au Victory Air Museum jusqu’en 1981, le RM927 passa entre les mains de Lawrence Matt de Chicago qui commença sa restauration et récupéra au passage une paire d’ailes issues du Spitfire XVIII HS649/TP263 récupéré en Inde. Acquis par Don Knapp en 1987, le RM927 fut de nouveau vendu en 1990 à Vern Schuppan qui expédia le RM927 au Royaume-Uni pour y être restauré. Après une longue période de stockage à High Wycombe, le collectionneur anglais Paul Andrews devint son nouveau propriétaire en 2005.

Le fuselage du Spitfire XIV RM927 à son arrivée chez Airframe Assemblies le 12 mai 2005 ( Photo © Chris Michell pour LEB )

Le 12 mai 2005, le fuselage du RM927 est transféré chez les spécialistes du Spitfire, Airframe Assemblies où la restauration du fuselage est commencée. Chris Michell raconte pour l’Echarpe Blanche :

« A la demande du propriétaire de l’époque, il a été décidé de conserver l’originalité du Spitfire. Nous avons donc soigneusement démonté le fuselage, la plupart du temps tout était en bon état mais un gros travail de décapage et de nettoyage a été nécessaire. Le cadre 5 qui est le cœur de la structure du Spitfire, a dû être en grande partie remplacé par des nouveaux longerons mais sinon la plupart de la structure et des cadres sont d’origines. Le même travail a été fait sur les ailes même si nous avons été obligés de refaire le longeron principal. Il a également été demandé dans la mesure du possible que les panneaux de revêtements soient réutilisés donc si on regarde bien de près, on peut voir les réparations et ondulations du fuselage à certains endroits. Le RM927 est donc l’un des Spitfire les plus « originaux » qui existent et nous estimons avoir gardé environ 85% de la structure. »

Le fuselage du Spitfire XIV RM927 lors de sa sortie de chez Airframe Assemblies en 2009 ( Photo © Chris Michell pour LEB )

La restauration du fuselage est achevée en février 2009. Immatriculé G-JNMA le 30 mars 2009 sur le registre civil anglais, le RM927 est de nouveau stocké et finalement transféré par la route en novembre 2015 chez Biggin Hill Heritage Hangar. De nouveau stocké, le RM927 est finalement acquis par la collection française W Air Collection à la fin de l’année 2020. Après un très bref passage par la France, le Spitfire Mk XIV arrive dans les ateliers de Richard Grace à Sywell au début de 2021 et change d’immatriculation pour devenir le G-SXIV.

Le Spitfire XIV RM927 en restauration à Sywell chez Richard Grace ( Photo © Richard Grace/Air Leasing Ltd via W Air Collection pour LEB )

Depuis cette date, les travaux de restauration ont été menés tambour battant : le moteur Griffon 65 a été restauré par Mike Nixon et sa société Vintage V-12, une nouvelle hélice construite par Skycraft a été fournie, les ailes ont été terminées à Sywell et les couleurs appliquées par le spécialiste anglais en la matière, Steve Atkin et sa société Warbird Colour: ces dernières représentent un Spitfire Mk XIV du No 430 Squadron canadien avec le code X. Un souci du détail aussi a été apporté car le viseur ainsi que la caméra F24 seront installés pour être au plus proche du standard dans lequel volait le Spitfire en 1945.

Le Spitfire Mk XIV RM927 dans ses couleurs actuelles (Illustration Gaëtan Marie)

Aucune date n’a été annoncée pour la fin des travaux mais les essais moteur ne devraient plus tarder et le nouveau premier vol devrait avoir lieu dans quelques mois.

A terme, ce seront donc deux Spitfire qui voleront en France avec celui de Christophe Jacquard qui est basé à Dijon-Darois.

L’Echarpe Blanche tient à adresser ses sincères remerciements aux personnes suivantes sans qui la rédaction de cet article n’aurait pas été possible :

Richard Grace & la collection W Air Collection merci pour votre patience et votre disponibilité !
Ben Dunnell du magazine Aeroplane.
Peter Arnold.
Daniel Brackx – site internet : Supermarine Spitfire FR.14 Home | Belgian Wings 
Chris Michell.

Articles liés :

8 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

    • Marc Lecocq sur 12 mars 2022 à 12 h 41 min
    • Répondre

    Un Spitfire XIV qui a eu une carrière opérationnelle bien remplie qui s’est terminée un peu honteusement avec les ailes coupées comme enseigne publicitaire pour le ferrailleur qu’il faut remercier de l’avoir sauver. Espérons qu’on le verra en meeting en Belgique aussi ! A quand un Spitfire XIV en état de vol en Belgique ?

  1. Superbe nouvelle

  2. Enfin une bonne nouvelle, après le départ des plusieurs warbirds français, un superbe Spitfire arrive chez nous!
    Merci aux membres de W Air Collection!
    Petit détail mais qui a son importance, l’avion est décoré aux couleurs de la RAF, front européen, magnifique!

  3. C’est inouï! Quelle merveilleuse nouvelle! Et sa Majesté basée à la Ferté, en plus! Qu’ils soient tous remerciés grandement!

  4. Encore quelques années de patience pour le Spitfire XIV en Belgique 🙂

  5. RCAF: il est aux couleurs canadiennes.

    • Eric Dessouroux sur 13 mars 2022 à 10 h 47 min
    • Répondre

    L’avion fut livré à Bruxelles-Evere le 13 novembre 1947 et avant d’être versé à l’Ecole de Chasse de Koksijde pour la formation des jeunes pilotes au combat, il fut affecté au 351 Squadron du 161 Wing de Florennes en novembre 1947, l’unité devint la 1ére Escadrille par la suite et le 161 Wing fut renuméroté 2e Wing. L’avion y reçu le code « 3R » identifiant cette 1ére Escadrille et la individuelle « D » comme le montre l’illustration, celle-ci fut par la suite changée en « A ». L’insigne de l’escadrille est le « Chardon ».

  6. Merci Eric, je vais mettre les informations dans l’article.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.