Le Nord 1002 Pingouin 2 F-AZFY a repris les airs !

Le Nord 1002 F-AZFY vu ici quelques minutes avant son premier vol ( Photo © Renaissance du Caudron Simoun )

Le vendredi 4 février sur l’aérodrome de Pontoise, le Nord 1002 Pingouin 2 immatriculé F-AZFY et mis en oeuvre par l’association Renaissance du Caudron Simoun s’est envolé pour son nouveau premier vol avec Stéphane Lanter aux commandes.

Construit en janvier 1946 par la société SNCAN (par la suite Nord  Aviation) pour le compte de l’Armée de l’Air, l’appareil porte le numéro de série 202 et sert pendant une dizaine d’années sous les cocardes avant d’être vendu sur le marché civil.

Immatriculé F-BBBZ à partir du 10 novembre 1959 avec pour propriétaire Alexandre Renault, on le retrouve par la suite à Caen sous l’immatriculation F-BGCB. A partir de 1964, il est acquis par Rudolf Weigmann et vole en Allemagne sous l’immatriculation D-EGHA et est basé à Bamberg.

Le Nord 1002 N108BF alors qu’il volait aux Etats-Unis ( Photo © Renaissance du Caudron Simoun )

Vendu, il quitte l’Allemagne le 12 septembre 1970 après avoir été acheté par William Arcaluzi de Oxnard en Californie et est revêtu d’une livrée Luftwaffe; il vole sous l’immatriculation N108BF et apparaît dans plusieurs films à Hollywood dont le film Hindeburg.

Il ensuite revendu à Eric Laetsch de Reno, Nevada et son dernier vol aux Etats Unis est effectué dans la région de Mojave en mai 1978.

Le Nord 1002 F-AZFY à Pontoise lors de sa restauration ( Photo © Renaissance du Caudron Simoun )

Stocké, il est vendu en France et arrive à Pontoise le 5 septembre 2012. Sa restauration commence immédiatement, portant notamment sur le moteur Renault Bengali 6Q et hélice Ratier qu’il a fallu réviser. Le travail de restauration a consisté également en une restauration en profondeur du fuselage et des ailes avant remontage.

Ses couleurs sont celles qu’il portait pendant le tournage du film Hindeburg.

On compte désormais trois Nord 1002 en état de vol dans l’Hexagone.

L’expérience acquise sur la restauration du Nord permettra à l’association de terminer la restauration du Caudron Simoun, l’objectif étant de faire voler ce dernier en 2023.

L’Echarpe Blanche tient à remercier spécialement Jean-Pierre Chellet de l’association Renaissance du Caudron Simoun pour avoir fourni les informations et les photos utilisées dans cet article.

8 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. Trois Nord 1002 en vol en France et aucun avec des cocardes tricolores et le quatrième ne le sera pas non plus. Quel dommage.

  2. Bonsoir Seb, avez-vous des informations sur ce projet s’il vous plaît ? Merci !

  3. Beau duo en perspective !

  4. Pour la décoration de ce 1002, le propriétaire a estimé (et c’est son droit), qu’il serai plus attrayant pour le public et permetterai de rappeler son passé cinématographique.
    Pour la quasi disparition des cocardes tricolores sur les avions Francais (j’exagère un peu…), il faudrait peut-être chercher du côté de la honte de soi assez répandue hélas dans notre pays…

    • Marc Lecocq sur 14 février 2022 à 18 h 33 min
    • Répondre

    Pour la petite histoire un Messerschmitt 108 Taifun c’est posé par erreur en Belgique pendant la drôle de guerre l’hiver 39-40 avec tous les plans de l’invasion de la Belgique à son bord. L’officier a bien essayé de les brûler en les jetant dans un poêle sans y parvenir. Plan que les Allemands ont utilisé tel quel en mai 1940. Ils font partie des archives du musée du Cinquantenaire à Bruxelles. Une livrée plus réaliste avec une vraie histoire à raconter…

  5. Cet avion est classé collection. Il me semble irrespectueux de l’avoir maquillé en « Taïfun ». Il est de construction française (Nord Aviation). Désolant pour ce superbe avion, son histoire et notre patrimoine.

  6. Pour une meilleure compréhension , vous devriez , peut être, lire mon message du 14 Février …

  7. J’ai longtemps volé avec mon N 1002 aux couleurs françaises, sans attirer les foules. La majorité des gens confondant cet avion avec le N 1101 ou N 1203. Le Nord 1002 n’est pas de Nord Aviation, mais de la SNCAN, qui était elle-même Messerschmitt-Paris, de 1940 à 1944, comme beaucoup l’ignorent.

Répondre à lionel Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.