«

»

Juil 14 2011

Les 75 ans d’une légende: le Spitfire

Le légendaire Spitfire, le plus célèbre avion de la Seconde Guerre Mondiale, la fierté de sa majesté, fête cette année ses 75 ans. Une occasion pour parcourir l’histoire du plus formidable chasseur de tous les temps.

L’extraordinaire Vickers-Supermarine Spitfire est le fruit de l’association d’une firme expérimentée (Supermarine), d’un brillant ingénieur en chef (Reginald J.Mitchell) et d’un motoriste tout aussi compétent (Rolls-Royce).

Supermarine, Mitchell et Rolls-Royce avaient déjà coopéré pour la construction d’appareils qui avaient brillé dans la Coupe Schneider en 1927, 1929 et 1931. Ces appareils avaient fait considérablement avancer la conception et les performances et Mitchell fut donc en mesure d’intégrer ces progrès à son nouveau chasseur. Le Spitfire naquit donc sur une idée privée reprise par l’Air Ministry (par le biais de la fiche F.5/34, qui recherchait un chasseur armé de huit mitrailleuses).

Le prototype (codé K5054) équipé d’un moteur Rolls-Royce Merlin C de 990 cv effectua son premier vol le 5 mars 1936 à Eastleigh près de Southampton. Le pilote de ce vol historique fut Joseph « Mutt » Summers, chef pilote chez Vickers Ltd. (groupe qui absorba la firme Supermarine en 1928). Désigné Type 300, mais baptisé ensuite Spitfire (cracheur de feu) après avoir failli être surnommé Schrew (mégère !), le nouvel avion apparut à cette date comme le chasseur le plus moderne du monde. Malheureusement, Mitchell disparut en 1937, emporté par un cancer, et ne put voir son chef-d’œuvre rentrer en service et au combat deux ans plu tard.

Les premières commandes du Spitfire de série portèrent sur 310 appareils en phase avec le programme de réarmement Expansion Scheme appliqué par la Royal Air Force.

Les premières livraisons du Spitfire Mk I s’effectuèrent au profit du Squadron 19 basé à Duxford entre août et septembre 1938. Au début de la Seconde Guerre Mondiale, en septembre 1939, neuf squadrons de la RAF étaient équipés de Spitfire. Si ces avions combattirent occasionnellement au cours des tout premiers mois de guerre, c’est le Hawker Hurricane qui supporta la grande majorité des combats aériens lors de la Bataille de France de mai à juin 1940. Néanmoins quelques Spitfire couvrirent l’évacuation de Dunkerque. Cet engagement limité de l’avion préserva le gros des unités de chasse de la RAF, en cours de renforcement en vue de la défense aérienne de la Grande Bretagne.

Choix judicieux car l’assaut aérien contre la Grande-Bretagne fut déclenché par l’Allemagne et sa Luftwaffe peu après la défaite de la France. Ces combats aériens dans le ciel anglais allaient devenir la bataille aérienne la plus célèbre de l’histoire: la Bataille d’Angleterre.

A cette date les Spitfire mis en ligne étaient des Mk Ia à huit mitrailleuses (quatre dans chaque aile), le plus redoutable adversaire jamais rencontré alors par la Luftwaffe. Plus de 1500 Mk Ia à moteur Merlin II ou III de 1030 cv furent construits. Ce fut le point de départ d’une production ininterrompue pendant tout le conflit et qui porta sur de multiples versions destinées à la RAF et à la Fleet Air Arm.

Le Mk II, construit à 920 exemplaires, sortit à partir du milieu de l’année 1940 et son développement se poursuivit jusqu’à l’arrivée d’une des plus célèbres versions, le Mk V. Produit a 6464 exemplaires, le Spitfire Mk V entra en service en 1941. Un grand nombre de ces avions reçurent des ailes rognées aux extrémités. La suite du développement mena au Mk.VIII, puis au remarquable Mk IX. Construite à 5665 exemplaires, cette version fut même décliné après guerre en biplace d’entraînement.

Spitfire Mk II basé en Angleterre

Spitfire Mk V et Me 109 (Buchon) évoquant la Bataille d’Angleterre.

Spitfire Mk V de The Fighter Collection basé à Duxford. Cet appareil peut se prévaloir du titre de chasseur le plus titré de la Seconde Guerre Mondiale. Il est crédité de sept victoires, dont six homologuées au seul Squadron Leader Geoffrey Northcott du Squadron 402 canadien, dont il porte aujourd’hui les couleurs.

Spitfire Mk VIII

Spitfire Mk IX propriété de The Old Flying Machine Compagny de Duxford


La poursuite du développement de l’appareil passa par le remplacement du moteur Merlin par un nouveau moteur Rolls-Royce plus puissant baptisé Griffon.

Spitfire Mk XIV lorsqu’il était basé à Dijon. (Embourbé sur la piste de Cerny lors d’un meeting pluvieux, moteur éteint et sans pilote)

Spitfire Mk XIV de The Fighter Collection basé à Duxford

Spitfire Mk XVI basé en Angleterre


Parmi les premiers modèles de série qui bénéficièrent de ce moteur, le Mk XII fut un chasseur efficace à basse altitude et un des avions affectés à la défense du territoire britannique contre les attaques de bombes volantes V-1 en 1944. De nouvelles études firent naître plusieurs versions importantes du Spitfire a moteur Griffon dont le Mk XIV et le Mk XIX, version de reconnaissance-photo.

Spitfire Mk XVIII

Sptifire Mk XIX lorsqu’il appartenait a The Fighter Collection de Duxford, aujourd’hui basé aux USA.

 

Spitfire Mk XIX  F-AZJS, basé à Dijon lorsqu’il portait les couleurs du Squadron 541 (été 1944)

Le même appareil dans ses couleurs actuelles

Les Spitfire combattirent sur tous les fronts où opérèrent la RAF et les forces de Commonwealth.

Le Spitfire fut l’un des acteurs déterminants de la victoire des Alliés en 1945, mais il resta en service jusqu’à la fin des années cinquante. Le nombre total d’exemplaires construits atteint 20300, outre plusieurs versions navalisées appelées Seafire équipées du moteur Griffon.

dans la Coupe Schneider

(5 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Guy Paje

    merveilleux chasseur .. celui qui me fait rêver depuis mes 7 ans ..et encore maintenant! j’ai lu  » l’adieu au Grand Charles  » et honnêtement j’ai eu la gorge serrée à un certain moment … pourquoi cette émotion ?? la réponse est dans le vent…

  2. Delfino B.

    Superbe travail Olivier ! En quelques lignes et quelques images tu as su évoquer du mieux possible cet appareil légendaire.
    Pour compléter cet article je conseillerai aux amoureux du Spitfire de voir le très bon film « The First of the Few » avec David Niven (Sorti aux USA avec le titre « Spifire ») qui montre assez bien le grand bonhomme qu’était R.J. Mitchell.

    Bernard

    1. Delfino B.

      PS: On le trouve assez facilement sur Amazon comme ici:

      http://www.amazon.fr/First-Few-anglais-David-Niven/dp/B000P0JQ7I/ref=sr_1_10?s=dvd&ie=UTF8&qid=1310662551&sr=1-10

      1. Bertrand Brown

        Il est aussi visible sur YouTube en VO. 😉

  3. lambermont bruno

    Bonjour, Le Spitfire, pour moi le plus beau toutes versions confondues, c’est à cause ( ou grâce…) de lui que je suis devenu pilote puis instructeur. Mon rêve ? allez n’ayons pas peur, en piloter un bien sur même si justement il ne faut pas rêver. Longue vie au (x) Spitfire (s) , et vivement que les Mk XIV retrouvés en Birmanie reviennent en Angleterre.
    Bye à tous les dingues du plus bel avion jamais construit.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :