Les trois Junkers Ju 52 de JU-AIR seront complètement restaurés et reprendront les vols en 2021

Le Junkers Ju-52 HB-HOS de JU-AIR en 2011 (Photo LFSB Plane Pictures (CC BY-NC-ND-2.0))

Le Junkers Ju-52 HB-HOS de JU-AIR en 2011 (Photo LFSB Plane Pictures (CC BY-NC-ND-2.0))

JU-AIR a annoncé que ses trois Junkers Ju 52 seront restaurés en profondeur et devraient reprendre les vols dès le printemps 2021:

JU-AIR a initié le processus de révision en profondeur de ses trois Junkers Ju 52. Cette révision sera effectuée par des entreprises spécialisées et devrait durer environ deux ans. La société reprendra les vols à compter du printemps 2021. Dans l’attente, son service de maintenance sera réorganisé.

Après des mois de préparation, la révision majeure des Ju 52 de JU-AIR a débuté. Tout d’abord, des mesures numériques seront effectuées sur les appareils et leurs composants afin d’obtenir des plans numériques en 3D.

Cet important projet est mené par JUNKERS Flugzeugwerke à Dübendorf en Suisse, qui a conclu des accords avec plusieurs sociétés spécialisées en Suisse et à l’étranger. L’Office Fédéral de L’Aviation Civile (OFAC) supervisera toutes les étapes du processus, avant, pendant et après chaque étape du projet. Une fois les révisions complétées, les trois appareils seront techniquement aussi bons qu’à leur sortie d’usine.

Étant donné l’âge des appareils et par mesure de prévention, tous les éléments des ailes soumis à des contraintes seront remplacés. Les pièces de rechange pour ces appareils de 80 ans n’étant pas disponibles sur le marché, des centaines de composants devront être refabriqués par des partenaires autorisés. Pour ce faire, les pièces originales devront être numérisées. Par la suite, des composants tels que les ailes, la queue de l’appareil et les parties mobiles seront modélisées sur ordinateur. Les données résultant de ce processus permettront la fabrication de pièces neuves. Ainsi, environ 90% des éléments des ailes seront remplacés.

Les ailes seront révisées à Malters en Suisse, tandis que le fuselage, la queue, le train d’atterrissage, les commandes ainsi que d’autres systèmes seront révisés à Dübendorf. Ici encore, les révisions seront effectuées par des experts de sociétés spécialisées et certifiées.

L’OFAC supervisera de près l’ensemble du projet. Chaque étape sera détaillée à l’avance. L’OFAC pourra ensuite ensuite s’assurer que le travail a été effectué de façon satisfaisante.

Le Junkers Ju 52 HB-HOY de JU-AIR en 2012 (Photo Werner Wittersheim (CC BY-NC 2.0))

Le Junkers Ju 52 HB-HOY de JU-AIR en 2012 (Photo Werner Wittersheim (CC BY-NC 2.0))

 Abandon des moteurs BMW

Les moteurs des trois appareils seront remplacés. Les pièces de rechange ne sont plus disponibles pour les moteurs en étoile BMW « Type 132 » qui étaient utilisés jusqu’ici, BMW en ayant cessé la production depuis 1944. Les coûts d’exploitation de ces moteurs, s’ils continuaient à être utilisés, augmenteraient d’année en année.

JU-AIR a donc décidé de remplacer ces moteurs par des moteurs en étoile Pratt & Whitney « Wasp » R-1340. Si ces moteurs ne sont plus produits à ce jour, ils furent produits en telle quantité qu’ils sont encore largement disponibles de par le monde.

Les moteurs et les pièces disponibles remis à neuf sont facilement disponibles. L’association du Ju 52 avec le moteur Wasp n’est pas une nouveauté : certaines versions de l’appareil étaient équipées de ces moteurs.

Le premier des appareils à être révisé sera le HB-HOS. L’appareil fut livré neuf à l’armée de l’air suisse à la fin de l’été 1939 et y servit jusqu’en 1981. Il entra en service avec JU-AIR en 1983 et a fait partie de la flotte active de JU-AIR depuis cette date. La révision des deux autres appareils débutera à une date ultérieure. La date exacte dépendra, entre autres, de l’avancée des travaux sur le premier appareil.

Le HB-HOS devrait reprendre les vols commerciaux au printemps 2021. En prévision de la reprise des vols, la maintenance des appareils et des moteurs sera réorganisée. Des audits sont actuellement en cours de réalisation. JU-AIR a également fait intervenir des consultants indépendants et l’OFAC supervisera également ce changement.

Le Junkers Ju-52 HB-HOP de JU-AIR en 2005 (Photo Kambu -(CC BY-2.0))-

JU-AIR partagera l’avancée des travaux de façon régulière sur son site internet et sur Facebook. Par ailleurs, des visites guidées permettant de suivre l’avancée des opérations de révision sur le fuselage seront possible au musée de l’aviation de Dübendorf. Plus d’informations à suivre.

JU-AIR media relations
Christian Gartmann
Communications & media representative
+41 79 355 78 78
email hidden; JavaScript is required
Facebook:  www.facebook.com/airforcecenter

Texte traduit de l’anglais. Source: JU-AIR

(1 commentaire)

    • Marc Lecocq on 17 juin 2019 at 17 h 57 min
    • Répondre

    Le Ju52/3mge W Nr 5670 6309 du Musée de l’Air de Bruxelles est l’un des plus anciens existant actuellement. Construit en Allemagne courant 1937 Il porte actuellement les couleurs de sa sortie d’usine. Lors de sa mise à la retraite par le Portugal, il avait été stocké ailes démontées et posée à même le sol à Alverca le long du Tage. Lors d’une crue de ce fleuve les berges ou était stocké les avions ont été submergées ce qui a provoqué de la corrosion dans les ailes. Ce qui a fait capoter sa remise en été de vol en Belgique. Il a été restauré par une équipe de bénévole belge qui ont fournis un travail titanesque avec l’aide de différents supports et sponsors.
    Un long et complexe travail attend la société JU-AIR.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.