Juin 11 2017

Accident du Spitfire PR.XIX F-AZJS à Villette-Longuyon

Le Spitfire PR.XIX F-AZJS a été accidenté au décollage sur l’aérodrome de Villette-Longuyon (Meurthe-et-Moselle) ce dimanche 11 juin vers 15h. L’appareil a terminé sa course sur le dos et son pilote a été blessé mais, d’après les informations disponibles, ses jours ne sont pas en danger.

Certaines sources indiquent également qu’une femme a été blessée, des fragments d’hélice ayant été projetés sur le public.

Sources:

 

 

(15 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • BENECH on 12 juin 2017 at 9 h 31 min
    • Répondre

    Vraiment désolé par cet accident. J’espère surtout que le pilote va bien. L’avion est magnifique et pourra être réparé. J’adresse tout mon soutien à C Jacquard et à son équipe !

    • Gaetan on 12 juin 2017 at 11 h 25 min
    • Répondre

    Bonjour,
    J’etais sur place hier et j’ai donc vu l’entierete de l’accident. Le pilote etait Cedric Ruet tout le monde le connait c’est le premier pilote du RSD. Ayant participe a son extraction le pilote etait inconscient dans un premier temps du au choc puis a repris ses esprits. Apres un premier examen sur place il ne souffrait que de blessures superficielles. Il a ete transporte dans l’hopital le plus proche pour des examens complementaires (scanner). Mais il est tire d’affaire. Il est passé pres de la mort a un cheveux. Quand au Spit il est dans un etat de destruction plutot important. Il faudra sans doute plusieurs annees avant qu’il revole si C Jacquard decide de le garder et de le faire restaure. La chance dans cette a fait que l’avion n’est pas pris feu ou explose.

    • jailemanche on 12 juin 2017 at 21 h 33 min
    • Répondre

    content de savoir que le pilote s en est bien sorti … et qu il n a pas eu à espérer l arrivée des pompiers ou autre moyens d intervention de secours  » rapides » …. ? ( qu on ne voit pas ? )
    je ne comprends pas l accident ? décollage avec freins de parc ? effet gyroscopique ?
    passage trop tot en ligne de vol ?
    bon rétablissement au pilote

    • Jean-Mi on 13 juin 2017 at 10 h 49 min
    • Répondre

    Content et soulagé que le pilote s’en sorte finalement bien… Cet accident est très spectaculaire et destructeur pour la machine. Attaches d’ailes visiblement cassée, dérive écrasé, fuselage tordu ? Je ne parle pas du moteur qui n’apprécie pas du tout la mauvaise blague même si l’hélice en bois fait son boulot en éclatant de suite. J’ai mal pour l’avion que j’ai vu la semaine dernière à La Ferté-Alais. Il revolera, mais dans un bon moment…
    Cause : un moteur aussi énorme sur un avion aussi léger donne des effets gyroscopique « intenses » qu’il est difficile de maitriser même avec un CV très bien remplit. Ici on voit une mise en puissance virile, peut-être trop, suivi d’une mise en ligne de vol trop vive sous les effets gyroscopiques. l’hélice qui a très peu de garde au sol touche, et c’est fini…
    Le Spitfire est connu pour cela depuis 1937 et ses premiers vols : il est très facile de le mettre ainsi sur le nez, beaucoup se sont fait piéger même les meilleurs…
    Soyons modestes. Je rêve de piloter un jour ce genre de machine fabuleuse, mais elle me fait peur… C’est pas pour les gamins…
    Courage aux mécanos !

  1. bonjour
    comme vous tous, je suis soulagé que Cédric s’en soit sorti sans blessures graves et je sais que nous le reverrons dans quelques semaines ou quelques mois aux commandes d’un  » warbird  » . . . . comme certains d’entre vous l’ont dis et connaissant aussi un peu  » les trucs qui volent  » depuis ma plus tendre enfance, au vu des images et des videos sous différents angles je pense aussi à des pieds sur les freins, le manche au ventre et une mise des gazs un peu tot et mal dosée et bingo de surcroit sur une pistouille de 900 metres ( ou donc l’avion doit avoir de la puissance pour décoller court ) herbeuse , un peu grasse ( les mares à canards que l’on voit sur les videos, avec çà chez nous à St Cyr l’ Ecole on ne décolle pas meme en Dr 400 !!!!!! ), une piste d’ailleurs qui topographiquement ressemble beaucoup à celle de St Cyr justement, donc bingo, la dérive se soulève et avec l’effet de surpuissance du Griffon bein, et le train à voie étroite l’avion passe en cheval de bois . . . comme l’a rappellé l’un d’entre vous accident classique et connu sur le Spitfire, pendant la guerre déjà ce genre d’accident était frequent et signalé, à signaler aussi que dans le camp d’en face le Me 109 lui aussi à train à voie étroite était connu pour le meme genre de fausse manoeuvre meme avec des « experten  » aux commandes ! ! !
    par contre là ou pour rester poli,  » je suis colère « , c’est sur la suite des évènements ! ! ! mais bon sang de bois qui étaient ces 2 gugusses qui se précipitent vers l’avion au moteur encore chaud, le troisième qui arrive avec son extincteur de voiture ( mdr ), bon sang le spitfire c’est une citerne volante, Dieu merçi et miracle il n’a pas brulé ou explosé tout a été fait dans le n’importe nawak et l’amateurisme le plus total, le public avide de voir la bete blessée qui se precipite pour  » aider « , on croit rever, pas de gendarmerie, pas de forces de l’ordre, le SAMU ou la croix rouge j’en parle meme pas, tout a été fait en dépit du bon sens et avec un total manque de proffessionalisme, dans une manifestation de ce type avec un évènement de ce type la gendarmerie meme les braves pandores de la brigade du coin, sécurisent la zone qui devient une  » zone de crime « , et interviennent seulement les secours presents çà peut etre le SAMU ,la croix rouge, les 3 braves SPV agriculteurs du coin avec leur VSAB d’y il a 20 ans donné par le SDIS avant réforme ( ne riez pas je parle d’experience vécue ) mais surtout pas tous les braves pékins qui passent les barrages symboliques qui avec son chien, les autres pour ramasser les morceau d’hélice,e le 3ème avec son appareil photo, c’est la  » fete au village  » lol et je vous parle meme pas du gyroplane qui arrive tranquillou pour rentrer au parking pendant que çà se ballade sur la piste, c’est normal, pas de soucis, sauf risque d’un  » suraccident  » et si un gamin avait traversé à ce momen là hein ? quand il y a un accident .comme çà on ferme le terrain et on limite le personnel en piste au strict minimum, moi pilote privé je NE vais pas voler chez vous trop dangereux et trop amateurs ! ! ! le premier véhicule  » lourd  » que l’on voit apparaitre c’est un camion grue de la seconde guerre mondiale du groupe des collectionneurs du coin sans doute, eh la guerre est finie les gars vous tournez pas un remake de la  » bataille d’ Angleterre « , c’est un vrai accident avec un vrai pilote , pas un cascadeur ! ! ! enfin comme j’aurais encore bien des choses à dire ( j’ai du etre agent du NTSB dans une vie antérieure ) je finirais en donnant un accessit aux pompiers du coin qui arrivent tels la cavalerie très en retard et qui nous arrose l’avion de 3000 litres de mousse carbonique et qui amènent apparement un VSAB totalement inutile, eh les gars pompiers d’aéroport dans une SSIS c’est un vrai métier, c’est pas un sport de masse, alors restez dans votre domaine de compétences c’est à dire les feux de broussailles agricoles du mois d’ Aout et pour laisser faire ceux qui saven,t ou allez vous former auprès des pompiers sur une base de l’ Armée de l’ Air ou un régiment ALAT avec des vrais pompiers aéroportuaires et des vrais véhicules d’intervention . . . .
    et je ne vousparle meme pas du controle local d’aérodrome qui là a du se faire sur un coin de table au bar de l’aéro club avec une paire de talkie walkie mais bon on va pas enfoncer le clou hein ! ! ! !
    donc en conclusion sur ce coup là Zéro pointé pour tout le monde, un avion de collection très cher destroy et un pilote blessé, bravo les gars,  » well done men  » . . . . . .

    • Gaetan on 13 juin 2017 at 14 h 58 min
    • Répondre

    Bonjour
    Pour ce qui est des secours la manifestation etant une porte ouverte et non un meeting comme on peut le voir sur certain site web les secours n’ont pas l’obligation d’etre sur place. Ils sont donc arrives dans les minutes qui ont suivis l’accident, minutes bien trop longue dans ce genre de situation. L’ordre d’arrive etant la gendarmerie les pompiers le SMUR puis enfin le camions de depannage. Sur Youtube on peut trouver une video de 14 min. Ou l’on entends bien deux mises en puissance successive. La premiere de tres grande puissance fait leve la queue sur les 3 premiers metres puis Rute remet encore de la puissance ce qui fini de faire lever la queue et la le drame survient l’helice touche le sol puis l’avion capote. Il faut savoir que la piste est un billards elle est legerement montante dans le sens ou le spit a decolle en 28 mais sur le bout de piste donc loin de l’accident. Je suis pas expert BEA mais il me semble que la mise en puissance a ete trop forte ce qui a cause le capotage pour moi. J’ai vu regulierement ce spit voler a la Ferte et c’est la premiere que je le vois se leve aussi rapidement :s. L’avion etait en revision deux semaines plus tot a Dijon avec un changement d’helice et une revision du moteur voir meme son remplacement sous reserve pour le remplacement je n’en suis pas sur a 100%. La meteo du jour etait tres bonne grand soleil vent dans l’axe de piste pour moins de 10km/h. Le principal c’est que le pilote s’en sort en vie avec des blessures superficielles de meme pour la personne du public qui a pris un éclat d’helice dans le bras. L’impact psychologique etant important pour certaines personnes aussi un crash n’est pas une chose anodine.

    • Jean-Mi on 13 juin 2017 at 18 h 00 min
    • Répondre

    Du calme John Fox II… On boit frais et on analyse calmement.
    Les trois premiers Gugusses que tu vois sur la vidéo sont des mecs du terrain déjà en bord de piste qui font ce qu’ils peuvent pour aider un pilote en détresse à sortir le plus vite possible d’un avion abimé. Le premier est là dans les premières secondes et peut être une aide précieuse pour ouvrir peut-être la verrière, ou la casser, ou constater l’irréparable, même si un incendie part. L’extincteur ? Il peut faire gagner quelques secondes en arrosant le cockpit… Et ça compte. Ces trois gugusses, je les applaudis.
    Tu préfère semble t’il que tout el monde reste loin, ne fasse rien, et regarde le spectacle de loin ? Ma politesse m’empêche de te préciser ce que je pense de toi en cas précis.
    Pour le reste, ensuite, les mecs en gilets jaune sont un peu pris de cours quand le public passe en piste, mais réagissent quand même quand le gyro passe pour aller au parc (il aurait mieux fait de s’arrêter et de tout couper, OK). Tu aurais fait quoi sur place toi, mr le commissaire ? Le public fut une aide précieuse pour sortir vite le pilote de l’avion avant même que les pompiers arrivent. Un bon point pour le public.
    Le feu ne part pas de suite, ni dans la première minute, y’a pas de raison qu’il parte par hasard 5 minutes après. Surprenant que les pompiers arrosent quand même…
    Pour ce qui est de l’enquête, voilà un dossier facile pour le BEA avec plusieurs vidéos sous plusieurs angles, une épave facile à exploiter car pas trop « abimée » par le crash (pas de feu, pas trop broyée), et un pilote qui a déjà bien compris ce qu’il à fait, ou qui a une idée du truc qui a merdouillé.
    Un bel avion a été méchamment cassé, le pilote s’en tire plutôt bien avec l’aide de quelques personnes et du public dans les quelques minutes critiques qui suivent. Le reste n’est que de la polémique à deux balles et du sécuritarisme à deux balles.

      • Francis GARRIER on 14 juin 2017 at 17 h 24 min
      • Répondre

      Bien répondu Jean-Mi à ce « gugusse » de John Fox II. J’applaudi chaleureusement le personnel de piste et les quelques spectateurs qui ont eu de suite le bon réflexe au péril de leur intégrité physique. Ensuite, regardons sur Youtube le décollage du même avion sur le même meeting à Longuyon en 2015 mais avec aux commandes « maître » Jacquard. Cette vidéo confrontée à celle de 2017 parle d’elle-même : https://www.youtube.com/watch?v=dziFxphI-ls&t=63s

      • Aurelien A on 10 août 2017 at 1 h 30 min
      • Répondre

      Sur la vidéo on voit très bien l’hélice en grand pas, puissance max, roulette de queue au sol manche pousser, un Rafale ce n’est pas un spit je suis bien placer pour le dire je suis mecano sur cette avion et j’ai travailler un peux sur warbird, un pilote de chasse a l’heure actuel ne peux pas piloter un avion comme le spit comme il l’a fait, c’était son premier vol, il devait ramener l’avion a Darois, il lui faut une expérience sur d’autre avions et bien-sur avec des heures de vol avec calif, P22, T6, P51, Spit….
      Merde, tout le monde sais que cette avion et très dure a mettre en vol, on en parler avec Eric Gougon a l’epoque et il m’a bien dit que le Spit c’est bien un Mustang ça va ou ça veux.

      • arno on 9 octobre 2017 at 22 h 29 min
      • Répondre

      Certes John Fox II n’a pas été diplomate, mais il a raison sur un point, toute cette histoire aurait pu se terminer en catastrophe avec de nombreux morts !
      Quand ce type d’accident se produit, même si le premier réflexe de tout être humain pas encore totalement lobotomisé est d’essayer de porter secours, il faut surtout s’en abstenir, au risque de créer un sur-accident dramatique et de gêner les secours de surcroit !
      Un feu peut se déclarer 5mn, 50mn ou 5h plus tard ! Certaines pièces restent chaudes de longues minutes et de très nombreux systèmes sont électriques !
      (Et ici ce n’est pas comme un voiture, il ne suffit pas d’ouvrir le capot et de débrancher la batterie).
      Déplacer l’épave, même pour tenter de porter secours au pilote, est la dernière chose à faire. Seuls ceux qui savent comment procéder en toute sécurité doivent s’approcher !

      La loi n’exige peut-être pas une équipe de secours, mais la raison si !
      Doit-on attendre une loi, (qui a de bonne chance de suivre un drame médiatique…), pour agir de manière raisonnable et responsable ?
      (Je vous imagine dire aux familles d’éventuelles victimes, que « la loi n’obligeait pas »)…
      Je comprends tout à fait que ça a un coût que certaines petites structures ont du mal à financer, mais la sécurité est bien la première chose sur laquelle on ne peut économiser ou ergoter…

      Il aurait au moins fallut un véhicule avec de la mousse et une ambulance sur site, pas que ce soit une exigence légale, mais car c’est nécessaire en cas d’accident. C’est bien souvent ce qui fait justement la différence entre « accident » et « tragédie »…

    • jailemanche on 13 juin 2017 at 21 h 16 min
    • Répondre

    je trouve ça formidable de nous présenter des belles machines volantes historiques .

    si la piste est trop courte , fallait pas y aller .
    si y a pas les moyens de secours , aller vous faire f …

    le pilote s en sort bien et tant mieux , y a pas eu d autres dégats , super … :
    « je n ose pas imaginer une seconde « , une sortie de piste en direction des spectateurs ….!!!!

    ça se termine bien , et c est tant mieux

    la saison des meetings n est pas terminée ; j irai le week end prochain a compiegne

    bons meetings a tous

    et bons vols

    • Plein Badin on 14 juin 2017 at 16 h 09 min
    • Répondre

    Je l’ai vu à la Ferté Alais il y a 2 semaines.
    Ces machines sont fascinantes mais dangereuses (cela va souvent ensemble)
    Respect à ceux qui les pilotent… à ceux qui les réparent… et à ceux qui les possèdent et qui les font voler malgré le risque, pour le plaisir de gens comme moi.

    • Luc Vaneret on 17 juin 2017 at 11 h 15 min
    • Répondre

    Je suis effaré que ce site laisse passer des « commentaires » comme celui de Fox. Einstein avait raison, il n’y a aucune limites à la bêtise.

    1. Je m’intéresse à l’aviation ancienne, pas à la censure. À chacun la responsabilité de ses commentaires. Du moment que ceux-ci restent dans le cadre légal, j’ai mieux à faire que de décider qui a le droit de dire quoi.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :