«

»

Oct 30 2012

Obsèques de Roland de La Poype

© Bernard DelfinoC’est à 10 heures, ce matin, mardi 30 Octobre 2012, qu’ont eu lieu les obsèques de Roland de La Poype en la cathédrale Saint-Louis des Invalides où s’étaient réunis, parents, amis, et de très nombreux admirateurs qui désiraient exprimer leur reconnaissance à ce grand homme.

La cérémonie débuta par les chants de l’Escadrille Normandie-Niemen interprétés par des choristes de l’ancien Chœur de l’Armée Rouge au son d’un accordéon qui rappela les quelques moments de détente au sein de ce Régiment alors que la guerre faisait rage de toutes parts.

Chacun put se recueillir et prier pour l’âme du défunt au cours de cette belle cérémonie, puis Cécilia Norick, cantatrice, interpréta un émouvant Ave Maria de Caccini et le Panis Angelicus de Gabriel Fauré.

© Bernard Delfino

© Bernard DelfinoLa cérémonie religieuse terminée, les honneurs militaires furent rendus à Roland de La Poype dans la cour des Invalides. Monsieur Fred Moore, Chancelier de l’Ordre de la Libération, rappela les différentes étapes de la vie de ce grand homme, tour à tour pilote de chasse avec 16 victoires, inventeur de génie, chef d’entreprise, et amoureux de la nature et du milieu marin en particulier. Un palmarès admirable pour un homme dont l’enfance dissipée avait fait dire au directeur de son école, s’adressant à sa mère: Vous n’en ferez jamais rien de bien ! …

© Bernard Delfino

 

© Bernard Delfino

(13 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. lambermont bruno

    Bon vol Monsieur, sincères condoléances à la famille et à ses proches, mon admiration pour ces gens est sans limites. Quand je pense que ces gens se sont battus pour nous et que je voies ce que nos élus ont fait de notre France, je n’ose imaginer quelles étaient les pensées de tous ces hommes d’honneur….
    J’ espère qu’il aura retrouvé tous ses camarades pilotes la haut partis avant lui.
    .

  2. Delfino B.

    Je ne peux que partager et approuver à 100% vos pensées !
    Merci Bruno.

    1. Michel Termier

      cher monsieur Delfino,
      je suis très ému de cet adieu.

      Puis-je en profiter pour vous demander si l’aventure de JM Garric continue encore, car je pense que le silence qui a suivi les sauts de puce du Potez 63-11 est trop long pour être de bon augure.
      Pardonnez mon anxiété.

      Et merci pour la fidélité à ces merveilleux combattants.

    2. Delfino B.

      Bonsoir Michel

      Oui l’aventure du Potez 63-11 continue et la seule raison qui retarde le vrai premier vol est l’extrême prudence de Jean-Marie qui a quelques points à régler sur l’avion. Jean-Marie est venu en France le mois dernier à l’occasion de la ré-activation du Normandie-Niemen qui avait été mis en sommeil. Il y était invité car il voulait donner au musée du Neuneu certaines affaires léguées par Marcel Albert. Puis, il est venu passer une journée avec nous au Plessis-Belleville car beaucoup de nos membres et amis voulaient le rencontrer et discuter technique avec lui. Ce fut, vous vous en doutez, passionnant !
      Lors de ces discussions il nous a donné les raisons de cette prudence que je peux résumer en quelques mots: Le temps qui, au Texas, est très imprévisible (On dit là-bas: « Si tu n’aimes pas le temps qu’il fait, attends cinq minutes »…), les points encore à régler (L’avion est trop léger par rapport à l’original car il n’y a aucun blindage et l’équipement de son avion est différent et plus léger, et le centrage doit être affiné avec des poids dont il doit calculer la valeur et la position dans l’avion). Et enfin, il ne fait pas que cela car il faut bien vivre n’est-ce pas ? Il restaure et entretien d’autres appareils, ce qui occupe une bonne partie de son temps.
      Voilà, vous savez tout, ou presque 🙂
      Ajoutez qu’il n’a pas envie de casser du bois, après tant d’années de dur labeur (Sans compter la valeur pécuniaire de l’avion qui n’est pas négligeable).
      Comme je le comprends !
      En tout cas, soyez sûr que dès que nous aurons des nouvelles en provenance de Jean-Marie, elles seront en priorité sur l’Écharpe Blanche.
      Bien à vous

      Bernard

  3. lambermont bruno

    Monsieur Delfino,
    Etes-vous LE Monsieur Delfino auquel je pense? Le Monsieur Delfino qui a également fait partie du Normandie-Niemen? si oui je vous remercie de l’honneur que vous me faite d’approuver mon commentaire de ce matin pour les obsèques de Mr de La Poype.
    Puis-je abuser et vous demander s’il vous serait possible de m’envoyer une dédicace de vous?
    Vous en remerciant à l’avance,
    Recevez, Monsieur l’expression de mes meilleures salutations.
    B.Lambermont

    1. Delfino B.

      Bonjour Bruno,

      Je vais vous décevoir car LE Delfino auquel vous pensez était prénommé Louis, et il est décédé il y a bien longtemps d’une attaque cardiaque, en 1968 exactement. Il était alors Général et avait 56 ans.
      A ma connaissance les seuls points communs entre le Général Louis Delfino et moi-même sont que nous sommes tous deux nés à Nice (Lui en 1912, et moi en 1946), et que nous sommes passionnés d’aviation.
      Je suis peut-être parent avec lui mais j’avoue n’avoir jamais eu le temps de faire les recherches nécessaires, toujours longues et difficiles.

      Je vous remercie de l’intérêt que vous portez aux acteurs du Normandie-Niemen. Ils le méritent bien car trop d’entre-eux sont morts au combat pour que nous puissions être libres aujourd’hui.

      Avec toutes mes amitiés

      Bernard

  4. lambermont bruno

    Bonjour et merci Bernard de toutes ces informations, y compris sur le Potez 63-11, je ne suis pas déçu que vous ne soyez pas la personne à laquelle je pensais.
    Passionné par l’aviation, j’essaie de suivre l’actualité « restauration avions anciens » car même si ça peut paraître ridicule ou incompréhensible pour certains, ce sont ces avions qui me faisait rêver enfant, et c’est à cause d’eux ( et des personnes qui les pilotaient) que je suis devenu moi même pilote et instructeur, donc aucun rapport entre mon activité d’aujourd’hui et les vieux avions me direz vous, oui mais je vole et j’en ai fait mon métier.
    Encore merci pour toutes ces infos,
    Amicalement, Bruno.

    1. Delfino B.

      Merci Bruno, et bravo pour votre carrière de pilote et instructeur ! 🙂

      Je ne fais personnellement pas de différence entre les différentes branches de l’aviation. Bien sûr, chacune a ses particularités, mais elles sont de la même veine, et les rêves de nos anciens sont les mêmes que les nôtres et de ceux des jeunes passionnés d’aujourd’hui.
      La restauration et la maintenance d’avions anciens ont ceci de particulier que l’on passe beaucoup plus de temps les mains dans la graisse qu’à tenir un manche. Mais faire voler ces « ancêtres » est la plus belle façon qui soit de rendre hommage à tous ceux qui ont risqué, et trop souvent perdu leur vie pour que nous puissions vivre dans un monde libre.

      Amicalement

      Bernard

  5. Michel Termier

    Merci Bernard,
    vous m’avez beaucoup rassuré, et sur l’avion et sur son créateur et pilote.

    Je dois dire qu’en voyant les carénages des moteurs et les petites dérives, j’étais un peu inquiet, car il m’avait semblé, sur les photos des saut de puce, que l’avion était assez fortement de travers (j’ai vu beaucoup de photos de Potez 63 sortis de piste).
    Merci aussi de la réponse donnée à Mr Lambermont, car, bien sûr, je me suis posé la même question que lui.

    Très bonne journée

    Michel

    1. Delfino B.

      Il est vrai que lorsque les sauts de puce ont eu lieu, il y avait du vent de travers, ce qui explique l’attitude de l’avion sur les photos et la prudence bien compréhensive de Jean-Marie.

      En tout cas, une fois ces mises au point effectuées, je suis sûr que l’avion volera encore mieux que l’original 🙂

      Amicalement

      Bernard

  6. Lucie

    nous avons célébré les obseques d’un grand homme, comme mentionné dans l’article.

    Lucie

  7. Jean-Marie GLÄNTZLEN

    Je tiens à m’associer à l’hommage rendu à Roland de la Poype qui me connaissait personnellement , ainsi qu’un peu sa fille et un de ses plus fidèle collaborateurs et son beau-fils

    « Poype » fut pour moi de diverses façons et d’abord à titre professionnel, un bienfaiteur à propos des 90 ans duquel j’avais, entre autres, alerté l’Escadrille Normandie–Niémen à Méyenheim (Hauit-Rhin) et les propriétaires actuels de son château natal

    M. Le Driant aurait dû être présent et même Mme Duflot, car cet homme génial a beaucoup servi l’environnement

    Même des ambassadeurs africains n’auraient pas été de trop, car, il inventa, entre autres, des épurateurs d’eau (de la taille d’un wagon), pour les suite de catastrophe en particulier, dont celui que grâce à lui, j’ai pu voir au Burkina Faso en l’an 2000.

    Que sa conscience d’être poursuive au mieux son chemin vers notre Source

  8. Olivier Durand

    Respect à l’Homme et au combattant. Puisse t’il retrouver dans la paix de l’âme, ses camarades de vol au delà des nuages.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :