Vidéo: Premiers essais moteurs du D4Y Judy de Planes of Fame

Un Yokosuka D4Y3 Type 33.

Un Yokosuka D4Y3 Type 33.

Le Yokosuka D4Y “Judy” restauré par Planes of Fame a fait ses premiers essais moteurs le 1er décembre dernier à Chino avec Steve Hinton aux commandes. L’appareil est équipé d’un Pratt & Whitney R-1830, remplaçant le moteur japonais d’origine.

Il ne reste plus que deux D4Y préservés, le second se trouvant au Japon. Le “Judy” de PoF faisait partie d’un lot d’avions japonais retrouvé en 1991 sur l’île de Babo en Indonésie par Bruce Fenstermaker. Il semblerait que le “Judy” de PoF ne sera pas remis en état de vol mais pourra seulement rouler.

Source: Aeroplane Monthly

(3 commentaires)

    • Alain Picollet on 21 janvier 2013 at 14 h 30 min
    • Répondre

    Quel est l’intérêt de lui tomber son moteur d’origine et d’en faire un faux s’il n’y a nulle intention de le faire revoler ? Cette démarche me semble plutôt fumeuse.

    1. C’est curieux en effet, et c’est pour cela que nous avons l’info au conditionnel car cela semble illogique.

        • Jean-R on 21 janvier 2013 at 16 h 17 min
        • Répondre

        Rien de vraiment surprenant à “tomber” le moteur d’origine et cela pour plusieurs raisons :

        – les Japonais n’ont produits que des moteurs sous licence pendant la guerre ou basés sur des moteurs occidentaux.
        – Le moteur de base de cet appareil est un DB601 sous licence japonaise, très peu fiable et il faut le dire : introuvable.
        – La version ci dessus utilisait elle un Kinsei 62 basé sur le P&W donc très similaires.

        Dans la philosophie d’une restauration poussée cela semble logique, le PoF souhaitant peut être le montrer au sol durant les meetings ( comme les nombreux autres appareils Japonais devenus trop rares ) comme les répliques d’Oscar qui en principe (sauf surprise comme c’est arrivé une fois ) ne volent pas.
        De plus tous les Zéro ( sauf le seul type 52, quoi que à vérifier ) volent avec des P&W similaires, plus simples pour les pièces détachées et aussi plus disponibles.
        Restaurer un avion est aussi une question de compromis ! 🙂

Répondre à Bertrand Brown Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.