«

»

Douglas AD-4N Skyraider (F-AZHK)

Photo Olivier (DR).

Le Douglas AD-4N Skyraider immatriculé F-AZHK a été construit sur les chaines de montage de Douglas à El Secundo en Californie en 1951 sous le numéro de construction c/n 7802, puis le bureau des immatriculations de l’US Navy lui a attribué le BuNo 127002.

Après quelques années de service dans l’US Navy, il fut stocké pendant deux ou trois ans à Litchfield Park en Arizona.

En 1959, l’Armée Française passa commande des premiers Skyraider. Seuls ceux totalisant entre 600h et 2600h furent sélectionnés. Remis en condition de vol et convoyé par air jusqu’à Norfolk, il fut embarqué sur le pont du porte avion Bois Belleau et livré à Saint Nazaire. Pris en compte début 1961 par la Sferma, il fut convoyé en vol en VFR jusqu’à Bordeaux-Mérignac pour un chantier de transformation au standard Français sous le numéro de code 61. Le moteur quant à lui fut pris en compte par Air France Courbevoie pour une révision complète.

Photo Olivier (DR).

La transformation au standard Français consistait à retirer les équipements du radariste et du navigateur en place arrière et à préparer l’avion à ses futures missions d’avion d’appui tactique en Algérie.

Il fut affecté dans un premier temps à l’Escadron de Chasse 3/20 « Oranie » avec l’indicatif 20-FP puis à l’Escadron d’Avions d’Appui 1/21 avec l’indicatif 21-LN et enfin à l’EAA 2/21 « Oranie » avec l’indicatif 21-ZH.

Photo Olivier (DR).

En 1972, il fut cédé au Gabon pour armer la Garde du Président Omar Bongo mais rien ne permet d’affirmer qu’il ait été vraiment en service. Il y fut réformé le 07/08/1976. La même année, l’homme d’affaire Jack Spanish de Detroit dans le Michigan tenta de le racheter en lui affectant une immatriculation provisoire N91989. Il ne rejoignit jamais les Etats-Unis et retrouva la France en 1992 au Havre, récupéré par Michel Gineste et Maurice Etchetto. Il reçut à cette occasion son immatriculation actuelle F-AZHK.

Photo Olivier (DR).

Après une panne moteur en juin 1993, il resta immobilisé 5 ans sur l’aérodrome du Mans jusqu’à son rachat par Claude Semenadisse qui le convoya, après réparation, au Castelet en octobre 1998.

Exploité pendant 10 ans par l’Association AFAH bien connue pour la restauration du F4U-7 Corsair, il a été vendu à son actuel propriétaire en 2009. Après plus de 10 mois de travaux et de révision dont un changement de moteur entre les mains de son mécanicien attitré Pascal Arfeuille, il a repris les vols le 16 avril 2010. Il est à ce jour mis en œuvre par l’Association VEGA dirigée par Christophe et Valérie Brunelière.

Pour plus d’information: http://sites.google.com/site/skyraideravignon/

Photo Olivier (DR).

 

 

Informations

(2 commentaires)

  1. LIONEL VIALLET

    Ce n’est pas un A-1 mais un AD4-N vu qu’il dispose d’un compartiment situé avant la cocarde pouvant accueillir deux opérateurs radar et puis aussi parce que mon père a travaillé sur cet avion de 1960 à 1962 sur la Base aérienne 142 de Boufarik (Algérie).

    Cordialement,

    1. Bertrand Brown

      Les deux désignations A-1 et AD sont valides. Initialement l’appareil était désigné Douglas AD Skyraider mais à partir de 1962 (si ma mémoire ne me fait pas défaut) la nomenclature des équipements de l’US Navy est harmonisée avec celle de l’Air Force et l’appareil devient Douglas A-1 Skyraider.

Laisser un commentaire