Un blessé dans l’accident d’une réplique de Dewoitine D.501

Le pilote de la réplique de Dewoitine D.501 (F-PRJD, sur base de Mauboussin), a été blessé lors de l’accident de son appareil jeudi 1er septembre. D’après les sources disponibles, il a pu s’extraire lui-même de l’appareil et a été pris en charge par les services de secours avant d’être transporté à l’hôpital, ce qui laisse espérer que ses blessures ne sont que légères. L’appareil s’est retourné lors de l’atterrissage à l’aérodrome d’Alençon.

Sources:

(9 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • DIEMER Roland on 5 septembre 2016 at 19 h 35 min

    Bon rétablissement pour le pilote , un grand dommage ( pas que materiel ) pour ce magnifique avion , Mais à Alençon ,ils sont une sacrée équipe , il va revoler , le 501 ! Courage , Roland

    • Jean Pierre BALLAUD on 5 septembre 2016 at 20 h 03 min

    Décidément, cet avion a une fâcheuse tendance à passer sur le dos en fin d’atterro 🙁
    Son constructeur initial (Gilles Alexandre) est décédé lors d’un atterrissage de fortune en 2009, pareil, l’appareil était passé sur le dos :-((

    • Gilles Rivet on 6 septembre 2016 at 22 h 28 min

    il passe sur le dos lorsque l’on commet une erreur .. une voiture si bonne soit elle va sortir de la route si on fait une erreur ..

    • gilles Rivet on 6 septembre 2016 at 22 h 35 min

    pour info le pilote n’a absolument pas été blessé et l’avion est tres peu endommagé .. le moteur et l’helice et le moteur c’est parce que l’avion avait une hélice en métal …Il serait bon d’arrêter de véhiculer des bêtises, et je suis poli , pour le reste le Dewoitine revolera au printemps ..

    1. Je suis heureux de savoir que le pilote n’a pas été blessé, et que le Dewoitine revolera rapidement. C’est une superbe machine que j’aimerai voir évoluer, et ce sera donc peut-être le cas.

      En ce qui concerne le fait de « véhiculer des bêtises », est-ce par rapport au contenu de l’article (qui ne fait que reprendre les quelques informations disponibles en indiquant les sources) ou en réaction à certains des commentaires?

        • Lionel on 12 septembre 2016 at 19 h 56 min

        Sur un site spécialisé dans l’aviation ancienne (!) je pense qu’il faut préciser que cet avion n’a de Dewoitine qu’une lointaine évocation. C’est, en fait, une base de Mauboussin Corsaire.
        Bon rétablissement au pilote et courage pour les réparations.

        1. En effet. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est précisé dès la première phrase qu’il s’agit d’une « réplique de Dewoitine D.501 (F-PRJD, sur base de Mauboussin) » ! Quoi qu’il en soit, cela reste une superbe machine et ce qu’il y a de plus proche du D.501 actuellement. Je ne me permettrais pas de la qualifier de « lointaine évocation », mais libre à chacun de se faire une opinion sur la question.

          • gilles rivet on 26 novembre 2016 at 14 h 59 min

          Monsieur Lionel .. petite question : sur quel avion volez vous ? qu’avez vous restauré ou construit meme comme une simple evocation ? moi une replique de Fokker E ULM , restauré l’evocation du 501 et je fais une « evocation  » d’un I-16 à echelle 1 mais ce ne sera qu’une  » évocation  » bien sur .. alors que vous vous savez écrire … et je pense que vous preferez ne rien faire que de faire une  » evocation  » .. bravo à vous

            • Lionel on 26 novembre 2016 at 17 h 13 min

            Monsieur Gilles… j’ai volé sur beaucoup d’avions y compris avec un Mauboussin Corsaire, et je vole toujours sur des machines anciennes et modernes. J’ai restauré (je n’ai pas écrit « rénové »!) 2 avions, dont 1 Stampe. Lorsque j’écris « évocation » c’est pour moi le bon mot. Une réplique (ou une reproduction ou une copie) est conforme à l’original hormis, peut-être, le moteur.
            Désolé, mais entre un Mauboussin Corsaire et un D.501 il y a un monde!
            Même remarque pour, par exemple, des Stampes modifiés pour ressembler à des SE5 (évocation, pas reproduction!).
            Ceci étant, merci à M. Gilles Alexandre d’avoir sauvé ce Mauboussin cassé et abandonné à la Ferté Alais et en avoir fait ce qu’il est aujourd’hui et c’est plutôt réussi.
            Sans rancune sur le ton que vous avez employé à mon égard, Monsieur Gilles.

Les commentaires sont désactivés.