«

»

Mai 04 2013

Georges Masurel †

Georges Masurel devant un Rafale pour les 70 ans du Normandie-Niémen. (Photo Yves Donjon)

Georges Masurel devant un Rafale pour les 70 ans du Normandie-Niémen. (Photo Yves Donjon)

Nous venons d’apprendre avec tristesse le décès de Georges Masurel, mitrailleur au GB1 « Lorraine », ancien mécanicien du Normandie-Niémen puis pilote au sein des groupes « Picardie » et « Ardennes » lors de la campagne de France en 1944 et 1945.

Rendu à la vie civile, Georges Masurel devint pilote professionnel dans le civil en 1946 et prit sa retraite en 1991 après une riche carrière. Il est titulaire de la Croix de guerre 39-45 (avec palme), la Médaille coloniale (avec agrafes « Libye »-« Syrie »), la Croix du combattant, la Médaille commémorative de la guerre 39-45, la Médaille commémorative des services volontaires dans la France libre, ainsi que sept décorations soviétiques.

Voici une biographie tirée de l’ouvrage « Ceux du Normandie-Niémen » de M. Yves Donjon:

Georges Masurel est né le 24 août 1921 à Ain-Draham (Tunisie). Il passe son baccalauréat au Lycée Carnot de Tunis. Engagé volontaire le 17 octobre 1938 à l’Intendance militaire de Rocheforl au titre de l’école des apprentis mécaniciens de l’armée de l’Air, il obtient le brevet supérieur de mécanicien avion. Il est nomme caporal-chef le 3 novembre 1939, puis sergent le 22 mai 1940. Désigné pour faire partie du détachement de renfort à destination du Levant, il arrive à Alger le 18 juin 1940 et est détaché au Parc de Blida, puis à Hussein Dey (Algérie) le 22 février 1941. Affecté au G.C. II/3 le 2 avril 1941, il est désigné pour participer aux opérations de Syrie. A l’occasion d’une liaison sur Farman 222, il rejoint la base de Damas le 6 août 1941. Il signe ce même jour un engagement dans les FAFL (Mle n°40336).

Muté au G.B.1 «Lorraine» le 10 octobre 1941, il participe aux opérations sur Tobrouk, en qualité de mitrailleur de l’équipage du lieutenant-colonel Corniglion-Molinier. Ce dernier, en récompense de ses services, autorise Georges Masurel à suivre l’école de pilotage. Malheureusement, face à l’offensive de Rommel qui menace l’ensemble du Moyen-Orient et du tait du manque d’effectifs, Georges Masurel ne peut terminer son stage de pilotage, étant routé au G.C.I. « Alsace », le 30 mai 1942. Avec sa nouvelle unité, il effectue sa seconde campagne de Lybie. Sur la demande du commandant Pouliquen, il est affecte au G.C.III . »Normandie » le 1er septembre 1942.

Il arrive à Ivanovo, en Russie, le 29 novembre 1942. Nommé sergent-chef le 1er mars 1943, il participe à la première campagne du groupe en tant que mécanicien avion.

Muté au Moyen-Orient, il est de retour à Rayack le 9 octobre 1943 où il retrouve l’école [pilotage et obtient enfin le brevet de pilote.

Il est tout d’abord affecté comme pilote au groupe « Picardie » le 3 août 1944, puis au G.C. III/3 « Ardennes » au sein duquel il participe à la campagne de France, jusqu’à la fin des hostilités.

Il est démobilisé, puis rayé des contrôles de l’armée active le 30 septembre 1945.

Rendu à la vie civile, Georges Masurel devient pilote professionnel en 1946. Il gravit par la suite tous les échelons de la hiérarchie : officier mécanicien navigant, pilole professionnel 1ère classe, puis instructeur de pilotes professionnels de 1ère classe (pilotes de lignes) en 1952. Auparavant, en 1949, il devient directeur en Tunisie de la compagnie aérienne « STRAC ».

De 1950 à 1964, il est directeur général et chef-pilote de la compagnie «Aérosahara» en Algérie. Il est nommé successivement adjudant de réserve le 1er avril 1952, sous-lieutenant 1er juillet 1954, lieutenant le 6 juin 1958 et enfin capitaine (honoraire) le 1er juin 1965.

A son retour en France en 1965, il fonde la compagnie aérienne «EAS» qu’il dirige jusqu’en décembre 1991. II prend sa retraite de l’aviation civile en 1992, après 8232 heures de vol, dont 980 de vol militaire.

Georges Masurel est également président de la société «Méditerranée Pisciculture» depuis 1978 et travaille à un projet européen pour réaliser la première ferme écologique du futur. De 1982 à 1985, il occupe la présidence du syndical français d’aquaculture marine.

Officier de la Légion d’honneur, Médaillé militaire, Georges Masurel est aussi titulaire de la Croix de guerre 39-45 (avec palme), la Médaille coloniale (avec agrafes « Libye »-« Syrie »), la Croix du combattant, la Médaille commémorative de la guerre 39-45, la Médaille commémorative des services volontaires dans la France libre, ainsi que sept décorations soviétiques.

Il résidait en région Languedoc-Roussillon.

Ceux de Normandie Niemen s

(1 commentaire)

  1. montebello joseph

    Bonsoir je viens de lire le décès de MR GEORGES MASUREL .J’ai travaillé dans son entreprise en TUNISIE la STRAC au début comme apprentie en suite ouvrier j’ai accomplie toute les campagnes de pulvérisation avec lui épandage des engrais ;,contre les sauterelles sur toute la TUNISIE je n’ai que bon souvenir d’un patron très compétant et dynamique et juste .Je salue toute sa famille .Recevez mes salutations Mr MONTEBELLO Joseph

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :