Oct 17 2012

Les As de la chasse de jour allemande 1939-1945 (J.-L. Roba)

Présentation de l’éditeur

Plus de soixante ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la vie et les combats des pilotes de chasse allemands continuent à attirer l’attention d’un large public. Des revues, des bandes dessinées, des films, des documentaires télévisés et parfois même des ‘docu-fictions’ tentent, souvent avec quelque maladresse ou anachronisme, de décrire ce que fut la vie des Tagjäger de 1939 à 1945.

Cet intérêt est généré tant par la curiosité que par une certaine fascination pour l’homme et la technique. Le score très élevé des victoires de ces chasseurs s’explique par leur présence continuelle au front (contrairement à leurs homologues anglo-saxons) ; nombre de ces jeunes hommes combattirent dans des conditions extrêmes sur des théâtres de guerre éloignés, allant des sables d’Afrique à la toundra russe ou au cercle polaire. Les appareils qu’ils pilotèrent évoluèrent de manière vertigineuse en quelque six années. Un aviateur allemand pouvait ainsi débuter la guerre aux commandes d’un Messerschmitt 109 d’un premier type, la poursuivre dans un Focke-Wulf 190 à l’impressionnant moteur, puis la terminer quasiment à la vitesse du son dans un des premiers avions à réaction de l’histoire comme le Me 262 ou le He 162.

Par tradition, les pilotes de chasse allemands de la 2e Guerre voulurent plus ou moins consciemment suivre les traces des grands aînés, les ‘as de la Grande Guerre’ (Boelcke, von Richthofen, Immelmann,…), eux-mêmes placés sur le pavois par les combattants de la Première Guerre. Cet ouvrage vise dès lors à donner une idée de ce ‘mythe de l’as’ qui allait inspirer et générer toute une génération d’aviateurs de combats. Brimés par le Traité de Versailles interdisant au vaincu de posséder une aviation militaire, les jeunes Allemands se lancèrent avec fougue dans cette arme nouvelle dès 1933 pour en faire, en moins de six ans, un redoutable instrument de combat. Mais, construite bien trop vite et avec des moyens limités, la Luftwaffe souffrait de plusieurs talons d’Achille qui allaient apparaître au fil du temps. Il n’empêche qu’au sein de la Tagjagd apparurent de grands as qui combattirent avec vigueur et ténacité comme le firent Boelcke ou von Richthofen, ‘idoles’ de leur jeunesse. Et cela jusqu’à la fin du conflit parfois avec des moyens dérisoires. Les exemples de ce sens du devoir, parfois poussé à l’extrême, sont largement décrits dans cet ouvrage richement
illustré qui privilégie l’approche chronologique pour mieux cerner ce que fut la vie et parfois le drame d’une génération lancée dans la guerre.

Biographie de l’auteur

Jean-Louis Roba, né en Belgique en 1953, est licencié en droit. Intéressé fort tôt par l’histoire, il a très vite pu rencontrer des centaines de vétérans de la Seconde Guerre mondiale et recueillir ainsi leurs témoignages. Cette collecte de souvenirs, enrichie par la fréquentation de nombreux centres d’archives, a permis la rédaction de quelque quatre-vingts ouvrages sur cette époque, relatifs surtout à la guerre aérienne. Son intérêt se porte cependant principalement sur des sujets peu connus ou rarement étudiés comme l’emploi de l’hexamoteur de transport Me 323, l’histoire de la JG 53, les appareils de prise dans la Luftwaffe ou diverses études/biographies sur les pilotes belges dans la RAF lors du second conflit mondial. Les théâtres de guerre négligés sont également un de ses sujets de prédilection, ce qui lui a permis de rédiger un ouvrage sur Les Allemands en Mer Egée ou une série de livres sur les combats dans le ciel roumain (La chasse de jour allemande en Roumanie, La chasse de nuit allemande en Roumanie, etc.). Outre ces livres, Jean-Louis Roba continue à rédiger nombre d’articles dans des revues spécialisées.

Détails sur le produit

  • Broché
  • Editeur : ETAI (10 octobre 2012)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2726896359
  • ISBN-13: 978-2726896358

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :