«

»

Fév 02 2011

« L’Oiseau Blanc » de Nungesser et Coli

Photo d'archive de Nungesser et Coli - Armée de l'Air

Lu sur le site de l’Armée de l’Air:

 

Le 31 janvier 2011 s’est déroulée à l’Aéro-club de France, à Paris, une conférence concernant «les dernières révélations sur les recherches de «L’Oiseau Blanc» de Nungesser et de Coli ». Quelques autorités de l’armée de l’air, de la marine nationale ainsi que des amateurs et des passionnés d’aéronautique ont participé à ce moment de partage autour du mythe de «L’Oiseau Blanc».

Bernard Décré, marin et pilote passionné, ainsi que son équipe ont profité de la conférence pour faire un point sur leurs recherches de l’avion des deux pilotes français qui auraient été les premiers à traverser l’Atlantique Nord.

Bernard Décré sur le lieu de ses recherches à St-Pierre-et-Miquelon - Armée de l'Air

À l’époque, Charles Nungesser, surnommé «l’as de la Première Guerre mondiale», décide avec François Coli d’entreprendre la traversée de l’Atlantique Nord. «J’ouvrirai une route qui changera la face du monde », a-t-il annoncé avant son départ. Pour relever ce défi, il met tout en œuvre et décide même de se séparer de sa radio pour gagner en poids. Le pilote et son navigateur décollent le 8 mai 1927 à bord d’un prototype du PL8 fourni par le constructeur Levasseur et disparaissent au large. «L’Oiseau Blanc», qui tentait de rallier New-York depuis le Bourget, est signalé pour la dernière fois au-dessus de l’Irlande. Depuis, le mystère est total… Ont-ils été les premiers à traverser l’Atlantique Nord ?

Bernard Décré est rentré le 15 juin 2009 de sa première campagne de recherches. Depuis, il reste convaincu que «L’Oiseau Blanc», l’avion de Nungesser et de Coli, se serait abîmé entre la pointe sud-ouest de Burin et Galantry, près de Saint-Pierre et Miquelon. «Nous disposons d’un grand nombre d’éléments pour appuyer cette thèse, explique-t-il. Parmi eux, des témoignages de Saint-pierrais toujours vivants aujourd’hui, qui ont entendu un bruit d’avion le 9 mai 1927 mais aussi des coupures de presse de l’époque ou encore, des morceaux d’avion dans la zone probable du crash ». Apporter une preuve signifierait que les deux aviateurs auraient bien traversé l’Atlantique 15 jours avant que Lindbergh n’entreprenne le même périple, en sens inverse, et se pose au Bourget à Paris. Aujourd’hui, l’enquête se poursuit. «Nous voulons tous retrouver la dernière demeure de Charles , tient à préciser M. Décré au cours de sa présentation. Les recherches ne se font pas uniquement dans la tête et dans les archives, elles se font aussi sur le terrain! » C’est pourquoi, depuis quatre ans, elles sont de plus en plus intensives et se poursuivent dans la région de Saint-Pierre et Miquelon.

L'Oiseau Blanc avant son décollage du Bourget - Armée de l'Air.

Au cours de la conférence, Bernard Décré n’a cessé de répéter: «On se dit tout! » C’est avec verve qu’il a présenté des séries de photographies d’archive prises à Washington qui pourraient étayer sa thèse. Cependant, le mystère reste entier. Michel Benichou, historien et rédacteur en chef du «Fana de l’aviation», est beaucoup plus sceptique et émet des réserves quant aux conclusions de Bernard Décré.

L’expédition pour rechercher «L’Oiseau Blanc» repartira du côté de Saint-Pierre et Miquelon, au mois de juin, pour tenter à nouveau de retrouver la preuve que les deux aviateurs français auraient bien été les premiers à traverser l’Atlantique Nord. Affaire à suivre…

NdlR: Ce reportage du Ltt Charline Redin a été publié sur le site de l’armée de l’air et est republié ici.  Pour plus de renseignements, nous invitons les lecteurs à visiter le blog de Bernard Décré « La recherche de l’Oiseau Blanc« . Un dossier récapitulatif des recherches de Bernard Décré est disponible sur le site.

(1 commentaire)

  1. Normandy Then and Now

    An interesting article thank you. We recently visited the memorial at Nungesser and Coli Etretat, Normandy – some pictures here http://www.normandythenandnow.com/last-flight-of-the-white-bird-at-etretat/
    It’s a stunning memorial at the place Nungesser and Coli last saw France.
    Also posted is an old image of the original memorial blown up by the Germans in WW2. Memorial styles certainly change.
    We are glad Nungesser and Coli and their bravery are not forgotten.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :